Faux texte


Lorsque je travaille sur un nouveau projet, en général j'ai besoin d'avoir du "faux contenu" pour faire du remplissage et donc pouvoir constater le bon affichage, ou non, des différents contenus proposés. C'est quelque chose de très répandu dans le monde du web et du print, les développeurs et les designer sont très familiers du fameux "lorem ipsum" (fr.wikipedia.org/wiki/Faux-texte).

Moi, j'aime bien varier les plaisirs, alors j'utilise également d'autres contenus que le lorem ipsum et je viens les piocher ici.


Les faux textes


Latin


<p>
	Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
	Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.
	Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur.
	Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.
</p>

Normand


<p>
	La Neire Mâove grile ilo liement d'aveu ses veiles oû couop du vent.
	Ol est reide fyirte dauns l's écllipaées touos nouos, j'admirouns à la veî.
	Et la Neire Mâove ol a prins s'n évo dauns la flleu de brôe qui nous balie les joes.
	Promais que le vent seit byin allaunt, cha cllaque du tape-tchu oû tâle-vent.
	Sitôt que no passe le naez de Carteret, Jèrri daunche oû bouot du biâopraé.
	Ch'est pus le temps que les saisounyis s' n allaient en bistchène à Jèrri pouor défoui les caumps de pouneterres ?
	Reide ernaés, ma de mé, qui minsère !
	Le graund métyi, cha remounte à louen.
	Sus le pont qui relise, ya pus de cllos-pouengs, ya pus mais de cllaés à maraundaer, ryin que des horsins qui vyinnent rêvaer.
	Emposaez doun le vent d'écapaer !
	Que ses teiles seient tréjous byin croulevaées !
	Bllaunches coume les âles des mâoves, et neires coume les revénaunts des vuules histouères.
</p>

Source : chanson normande La Neire Mâove, Daniel Bourdelès.


Normand / français


<p>
	La Neire Mâove grile ilo liement d'aveu ses veiles oû couop du vent.
	Ol est reide fyirte dauns l's écllipaées touos nouos, j'admirouns à la veî.
	Et la Neire Mâove ol a prins s'n évo dauns la flleu de brôe qui nous balie les joes.
	Promais que le vent seit byin allaunt, cha cllaque du tape-tchu oû tâle-vent.
	Sitôt que no passe le naez de Carteret, Jèrri daunche oû bouot du biâopraé.
	Ch'est pus le temps que les saisounyis s' n allaient en bistchène à Jèrri pouor défoui les caumps de pouneterres ?
	Reide ernaés, ma de mé, qui minsère !
	Le graund métyi, cha remounte à louen.
	Sus le pont qui relise, ya pus de cllos-pouengs, ya pus mais de cllaés à maraundaer, ryin que des horsins qui vyinnent rêvaer.
	Emposaez doun le vent d'écapaer !
	Que ses teiles seient tréjous byin croulevaées !
	Bllaunches coume les âles des mâoves, et neires coume les revénaunts des vuules histouères.
</p>
<p>
	La Neire Mâove glisse là-bas, majestueusement, avec ses voiles gonflées de vent.
	Elle est très fière dans les embruns, nous tous, on la regarde avec admiration.
	Et la Neire Mâove, elle prend son envol dans la fleur d'écume qui nous mouille les joues.
	Quand le vent est bon, ça claque du tape-cul au taille-vent.
	Dès que l'on franchit le nez de Carterêt, Jersey danse au bout du beaupré.
	Il est révolu le temps où les saisonniers partaient en bisquine à Jersey pour y arracher les pommes de terre.
	Mal de reins, mal de mer, quelle misère !
	Le grand métier, ça remonte à loin.
	Sur le pont qui brille, il n'y a plus de tourteaux, il n'y a plus de casiers à mettre à l'eau, rien que des promeneurs qui viennent rêver.
	Empêchez donc le vent de s'échapper !
	Que ses toiles soient toujours bien jouflues !
	Blanches comme les ailes des mouettes, et noires comme les revenants des vieilles histoires.
</p>

Source : chanson normande La Neire Mâove, Daniel Bourdelès.

page publiée le 26 octobre 2014 à 23H43 et modifiée pour la dernière fois le 28 octobre 2014 à 17H52