La moto, cette machine à s’évader !


Aurélien, le 22 avril 2017 à 13H37

Voilà maintenant 7 mois que j'ai passé mon permis moto et ma merveilleuse moto a déjà avalé 7000km d'asphalte en ma compagnie. Je vais te conter ma petite histoire d'amour avec ma machine à s'évader, ma machine à liberté !

Si tu n'as pas envie de lire tout le pavé, tu peux aller directement voir la vidéo !


Le permis moto


J'aime la moto depuis que je suis tout petit, c'est un fait, et alors que j'aurais pu passer mon permis plus jeune, je ne l'ai fait que récemment à 32 ans. Je pense que d'une certaine manière la moto était à mes yeux une machine dangereuse qui me faisait peur. Et comme toutes mes peurs, il aura fallut un petit "coup de violence" sorti de nulle part pour que j'entre dans une moto-école.

Je me suis donc inscrit fin avril 2016 pour le permis moto et mon dossier a été validé la veille du passage de la loi sur le permis A2 pour tous (wikipedia), j'allais donc passer le permis A !


Le premier contact


photographie Une fois le code de la route repassé et obtenu, c'est parti, tu fais ton premier contact avec la moto et si c'est une première pour toi, bah crois-moi, c'est assez impressionnant quand t'es enfin dessus et que tu allumes le moteur !

Il faut se familiariser avec l'engin et c'est pas une voiture qu'on a entre les mains, cette machine ne demande qu'à décoller ...

Les cours de moto se font par 2H et pour moi les deux premières heures m'ont sérieusement fait douter, je me demandais ce que je faisais là et dans quoi je m'étais embarqué. En fait, je suis quelqu'un qui a besoin de toucher et de faire pour prendre de l'assurance et ne plus douter de ce que je suis capable ou non de faire. C'est con mais je doutais d'être capable de vraiment pouvoir contrôler la moto. C'est en cela que les deux premières heures étaient frustrantes, le moniteur vous montre les commandes et le principe va être de manier la moto sans jamais toucher l'accélérateur. Tu fais donc des départs/arrêts uniquement en utilisant l'embrayage puis tu fais des 8 avec la moto, assis, debout sur les cales pieds, jusqu'à la fin de séance.

Le lendemain, seconde leçon de 2H, j'ai cogité toute la nuit, c'était assez bizarre ... j'en ai parlé avec mon moniteur, il avait l'air de comprendre ce que je lui racontais et puis avec un petit sourire en coin il m'a fait comprendre que ça n'allait pas durer très longtemps, aujourd'hui tu vas t'amuser avec la commande des gaz !

C'est là, c'est juuuuuste là, que tout a commencé 😀

Lorsque tu as saisi la poignée des gaz et que tu comprends qu'avec ta main tu as le contrôle total sur cette accélération qui pourrait te faire décoller, c'est un sentiment de pied total. Dès que j'ai pu faire quelques aller/retour de piste en poussant la moto je n'avais plus aucun doute, au contraire je n'avais plus que des envies ...

Le permis moto se divise en 2 phases, des épreuves de maniement de la moto à allure lente et rapide et les fiches moto, c'est le plateau, et l'épreuve en circulation, c'est ... bah la circulation.
Et c'est là que la difficulté commence car le plateau n'est vraiment pas simple à appréhender !


L'épreuve du plateau


Tout d'abord, si j'ai un conseil à donner à ceux qui veulent se lancer, faites le en début de saison, très tôt quand il commence à ne plus geler.
Pourquoi ? Parce que faire du plateau lent au mois de juin/juillet c'est rester 2H en plein cagnard, équipé d'un casque, d'un gros blouson, c'est être assis sur une moto qui chauffe et qui dépasse pas les 10 km/h sur le lent donc pas de ventilation. Bref, vous cuisez, vous vous liquéfiez 😉

photographie Le plateau c'est une épreuve dite lente. Tu fais la "poussette", il faut déplacer la moto en courbe, marche avant et arrière. Tu fais les "vérifs", il faut savoir dire à un examinateur comment contrôler les optiques, la direction, la chaîne, les commandes, le moteur ... Puis tu fais le redouté parcours lent, il faut suivre un parcours en contournant des plots avec un temps minimum sur une partie du parcours, ça veut dire que même en pilotant la moto sans accélérer tu vas déjà trop vite.

Pour réussir son plateau lent il faut commencer à ne plus trop réfléchir et faire confiance à la moto. Il faut comprendre que la moto fera tout ce qu'on lui demande lorsque les commandes sont bien utilisées et surtout lorsque le regard pointe bien là où l'on veut aller et non pas ce que l'on veut éviter. C'est franchement compliqué au début parce que on évolue à allure lente donc la moto ne tient pas débout toute seule, c'est la combinaison de la direction et de l'accélération qui va s'occuper de ça, difficile cependant de ne pas poser le pied au sol car on se retrouve souvent déséquilibré. Il y a plusieurs techniques pour garder l'équilibre à allure lente, personnellement, celle qui a très bien fonctionné pour moi, c'est de garder les gaz ouverts en permanence 3/4000 tours et de gérer mon équilibre uniquement grâce à l'embrayage.

Le plateau c'est aussi une épreuve rapide. Normalement tu es beaucoup plus à l'aise sur ces parcours, il s'agit de slalomer entre des plots, pratiquer un évitement qui consiste à incliner rapidement la moto et la redresser et également pratiquer un freinage d'urgence. Aucune difficulté ici.

Après vient le moment de l'examen et là ça va beaucoup dépendre de l'état de stress devant l'examinateur. J'ai plutôt de la chance, les examens ne m'ont jamais fait stresser, en tout cas sur le plateau j'étais parfaitement concentré et serein dans ce que je faisais. Sur la séance de plateau avant l'examen j'en réussissais en moyenne 1 sur 3 ... et le jour de l'examen, j'ai fait des épreuves propres comme je ne les avais jamais faites. En fait, sur le plateau avec le moniteur, tu t'entraines et tu vas chercher à satisfaire ton moniteur, en tout cas c'était mon cas et pour le coup, là, ça me stressais.

Bref, le jour de l'examen, bien équipé, essayer de ne pas stresser, réviser ses fiches ce n'est pas spécialement du par cœur mais ils vont quand même demander une bonne restitution et si l'examinateur est sympa il aidera un peu, il posera des questions. Moi, j'ai eu que des A pourtant c'était vraiment pas gagné 🙂

Je t'invite à jeter un œil sur cette vidéo qui montrera ces épreuves si ça t'intéresses.


Le permis de s'évader


Une fois le plateau en poche, c'est franchement la délivrance parce que tu as passé, de loin, le plus difficile.
M'enfin, attention tout de même, si la circulation devrait être une formalité il faut éviter l'excès de confiance.

En circulation, tu évolues dans le trafic en ville et en campagne, sur petite route et sur voies rapides. Si tu as déjà le permis auto alors tout va bien, c'est les mêmes règles pour tout le monde.
Là où ça change c'est qu'il va falloir être "expressif" devant l'examinateur, même s'il n'est pas nécessaire de tourner toute la tête pour regarder de chaque côté d'un carrefour, il faudra bien exagérer les mouvements lors de l'examen sinon l'examinateur te le feras remarquer.
Il faut bien prendre conscience que dès que tu es debout devant la moto, t'es en examen. Alors on règle direct les rétroviseurs et on sort pas du parking au milieu de la route ...

Il n'y a aucune difficulté lors de la circulation, il faut anticiper et suivre ce que t'as appris. Les trajectoires dans les ronds points, surveiller les angles morts en exagérant, garder les distances de sécurité ...
Tu attends quelques jours et puis la moto-école t'appelle et quand tu arrives sur place, t'éclates de joie et tu embrasses tout le monde 😀



Les plaisirs de la moto


Pour quelques motards, la moto comme la voiture est utile pour aller d'un point A à un point B. Mais pour la grande majorité la moto est une véritable passion, une excellente source de plaisir, d'exutoire, le meilleur moyen de faire une longue ballade et découvrir tout un tas de lieux différents. C'est un très bon moyen de faire des rencontres avec des gens qui partagent la même passion.

La moto procure bien des plaisirs !


Quand tu vas chercher ta première moto


Le premier plaisir commence le jour où, enfin, tu vas chercher ta propre moto, ta première moto. Tu signes tous les papiers, le concessionnaire t'explique les bases et te remet les clés.

Et c'est là, c'est juuuuuste là, que le rêve commence 😀
Tu grimpes sur ta bécane, ça y est, elle est là, c'est le grand jour. Contact, c'est parti !

Petit conseil, quand le vendeur te dit de faire attention parce que les pneus et les freins sont neufs, vraiment fais gaffe ça freine keudal de chez keudal. Moi dès le premier feu rouge j'ai failli me taper l'arrière d'une voiture, il a fallut que je l'évite en allant sur la petite bande à droite !

Bref, mon rêve a commencé avec une moto pour laquelle j'ai eu un véritable coup de cœur. J'ai acheté une Kawasaki ER-6F 2016, cylindrée 650 et 72ch.

Regarde moi cette magnifique moto 🙂
photographie


Quand tu as juste envie de faire de la moto


Lorsque tu es sur une moto, tu dois littéralement faire corps avec elle parce que tu vas utiliser tous tes membres pour la piloter. La main gauche sur l'embrayage, la droite sur les gaz et le frein avant. Le pied gauche sur le sélecteur de vitesse, le droit sur le frein arrière. Lorsque tu veux tourner, tu ne tournes pas le guidon, tu inclines la moto et tu la suis de tout ton corps.
Sur une moto tu es en équilibre sur deux roues, tu es sur des routes avec des états différents, tu es en contact direct avec les éléments et tout cela affecte grandement la conduite.

Sur une moto tu ressents tous les mouvements, tu fais corps avec elle et l'adrénaline est partout, à l'accélération, dans les courbes, au freinage ...
Une moto ne se conduit pas, elle se pilote. Tous les trajets à moto deviennent source de plaisir et pas besoin de rouler très vite pour recevoir une bonne dose de sensation !

Je prends très souvent ma moto le weekend, dès qu'il fait beau, et je roule sans spécialement me soucier de où je vais. Je me ballade tranquillement pendant au moins 2H non-stop et c'est un véritable plaisir.
Lorsque je prends ma moto pour aller au boulot, je fais 3 fois plus de kilomètres qu'en temps normal parce que je ne prends pas forcément les chemins les plus courts et j'ai tendance à faire des gros détours.

Bref, la moto c'est avant tout le simple plaisir de rouler sur un deux roues et ce sentiment de liberté qui l'accompagne 🙂


Quand tu recherches les sensations à moto


photographie Quand tu es à moto tu n'as pas besoin d'aller très loin ou très vite pour avoir des sensations, elles sont tout simplement présentes en permanence.
Il y a 3 types de sensation qui me viennent facilement à l'esprit.

Tout d'abord l'accélération. Une moto, même de moyenne cylindrée comme une 650, a une forte capacité d'accélération sur une grande amplitude. Ma moto peut monter à 12000 tours (4/5000 pour ma voiture) et si je sors d'un rond point en 3e vers une voie rapide, sans changer de rapport je suis à 150 km/h en quelques secondes et ce n'est qu'une 650. Quand tu es sur la moto et que tu pousses les gaz au max, tu sens l'avant de ta moto se lever et ton corps est projeté vers l'arrière, tu t'agrippes fermement au guidon et tu sens l'air de plus en plus résistant sur ton passage. C'est une sensation plutôt pas mal, en particulier sur les petites routes où tu peux pousser un peu les rapports en sortie de virage par exemple, sans pour autant rouler comme un taré.

La décélération est assez excellente aussi dans son genre. Ta moto est en vitesse de croisière et tu arrives à un stop, tu laisses le frein moteur agir, ton corps se dresse sur la moto, tes bras se raidissent sur le guidon et la moto à tendance à s'écraser de l'avant. Tu forces sur tes bras pour ne pas te coucher sur la moto, tu entends ta moto pétarader et ralentir tranquillement mais assez fortement quand même et tu descends tes rapports un à un.

Mais la sensation ultime, c'est les virages !
Quand tu prends un virage à moto, la force centrifuge va entrainer la moto vers l'extérieur du virage, il faut donc incliner la moto vers l'intérieur du virage pour contrer la force centrifuge. Lorsque tu commences à avoir un peu confiance en ta moto et en toi, que l'état de la route le permet, tu prends tes virages plus rapidement en inclinant beaucoup plus la moto. Quand tu enchaines des virages, à droite, à gauche, large, serré, que ton genoux frôle (ou touche mais je ne suis pas équipé) la route, c'est une sensation magique, c'est de l'adrénaline concentrée, c'est juste génial et tu en redemandes encore et encore !


Quand tu fais des ballades à plusieurs


photographie Une fois que tu commences à être à l'aise sur ta moto, tu as envie de partager des ballades avec d'autres motards.
Rouler avec plusieurs motards, c'est rouler avec des amis qui partagent la même passion, c'est poursuivre les mêmes plaisirs, échanger des regards quand tu sais que sous le casque le poto à le sourire jusqu'aux oreilles !

Sur ma petite expérience, j'ai eu l'occasion de faire une ballade à 2 et une ballade à 5. J'ai eu aussi l'occasion de suivre pendant un moment quelques "cortèges" où tous les gens se retournent pour regarder les motos passer.
C'est souvent l'occasion de passer une journée avec vos amis motards, déjeuner ensemble et boire un verre, c'est quand même excellent tout ça.


Quand tu découvre la moto en duo


Vendredi dernier j'ai goûté à un nouveau plaisir de la moto, le duo !

photographie C'était une première pour moi, bien renseigné avant, j'appréhendais un peu tout de même, d'autant plus que c'était une première à moto pour ma merveilleuse passagère ツ.

Si la moto est tout de suite plus difficile à tenir à faible allure et surtout à l'arrêt, tout le reste ne diffère pas grandement, les accélérations sont moins fortes et les freinages plus long ... mais rien de bien méchant. En fait, une fois que le duo pilote/passager ressent bien la moto et fait corps avec elle, tout se passe très bien et les sensations sont au rendez-vous.

Là où cela devient un nouveau plaisir c'est qu'à chaque instant tu ressents le duo, c'est quelque chose qui rend la ballade infiniment plus sympa, c'est le partage de ta passion, c'est assez génial, faut bien l'avouer !



T'attends quoi ?


Tu verras, tes habitudes changeront, le soir avant de te coucher tu regarderas www.meteofrance.com et le matin en te levant tu regarderas le ciel. Tu découvriras des routes que tu n'avais jamais prises, des patelins dont tu ne soupçonnais même pas l’existence. Sur tes différents trajets, tu repéreras les routes sympas avec pleins de virages pour pouvoir y revenir à moto.

photographie Tu croiseras tout un tas de motards qui te salueront avec les deux doigts de la main en V, parce que la moto c'est une grande famille.
Si t'es dans le pétrin, il y aura toujours un motard qui s'arrêtera ne serait-ce que pour savoir si tout va bien, parce que c'est l'esprit motard.

Je finirai par ceci.
La moto ça peut être dangereux, il faut être prudent, voir loin et large, anticiper, toujours présager de ne pas avoir été vu avant d'être sûr du contraire.
La moto est une passion, mais la passion ne doit pas prendre le dessus sur la raison !

Nous n'avons qu'une vie bordel alors ride safe, équipez vous & enjoy 🙂


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *